38/5. Dictionnaire amoureux

 

38/5

 

Dictionnaire amoureux

 

V

Vie spirituelle

La nuit, dans une vison, il lui est montré des gens de tous les pays : ce qui leur est commun est qu’ils n’ont aucune idée du don de soi. Ils veulent tous arranger eux-mêmes leur vie. En tant que bons chrétiens, ils pensent que prendre soin de leur famille, dans le temps libre se donner du bon temps avec ce qu’on a épargné, c’est le sens principal de la vie; personne ne comprend que davantage pourrait être exigé (1393).

Visions

2 juillet. Visitation. Il ne m’est plus possible de noter toutes les apparitions (à Adrienne). Il y en a trop. La plupart du temps j’apprends tout à fait par hasard que saint Ignace ou la Mère de Dieu ont de nouveau « été là », souvent plusieurs fois par jour (108).

Vocations

Puis Adrienne vit toute une foule de femmes avec des enfants morts : des nouveau-nés, des tout-petits et aussi des plus grands. Elle vit combien peu de ces mères seulement offraient le sacrifice de tout leur coeur. Mais elle vit aussi que Marie avait une relation particulière avec ces mères. C’est elle qui donne les enfants au Seigneur et qui réconcilie les mères. Adrienne vit aussi quelle source de bénédictions ces sacrifices des mères sont toujours ou peuvent être : bénédiction pour la mère elle-même, pour les familles, très souvent pour les autres, pour les enfants à venir qui sont offerts plus sincèrement à Dieu par les mères; elle vit aussi comment, le plus souvent, le sacrifice d’une mère se trouve à l’arrière-plan de la vocation des enfants au sacerdoce, à l’état religieux ou à tout autre engagement particulier à la suite du Christ (697).

Voix

Après des heures de soirée pénibles avec des entretiens franchement pénibles, elle voudrait un peu se reposer pour se recueillir. Elle perçoit alors, très clairement audible, une voix (mais elle ne voit rien) : est-elle prête à renoncer à tout? La voix et son exigence se font d’abord toutes simples, comme n’engageant à rien. Puis la même exigence se répète et se fait de plus en plus pressante. Et la question se précise et présente différentes choses : est-ce qu’elle est prête à perdre ses fils (qu’elle aime avec beaucoup de tendresse), son mari, finalement sa profession, ses meilleurs amis, son honneur…? Elle dit toujours oui, mais elle en arrive à une telle extrémité qu’elle commence (comme elle le dira plus tard) « à pleurer comme une madeleine ». Finalement une dernière question la harcèle, incessamment répétée : Est-ce qu’elle est réellement et sérieusement d’accord avec tout cela? En tremblant, mais avec fermeté, elle répond oui. Alors finalement une grande consolation la saisit. Quand elle raconte ce qui s’est passé, elle ajoute qu’elle s’était crue à un examen. Toutes les matières étaient passées bien qu’on ne l’ait pas interrogée sur tout. Finalement on ne fera usage dans la vie que d’une matière et il est probable que ne lui sera demandé qu’un seul des sacrifices qu’on lui a présentés ou quelque chose de tout autre qui n’a pas été abordé. Mais elle a compris en même temps que l’examen sur l’ensemble est nécessaire et qu’on doit dire oui partout (36).

 

W

 

Werner (le mari d’Adrienne)

Werner a un très gros et douloureux abcès qui le gêne dans son travail. Il n’est pas encore mûr et il ne s’ouvrira que dans quelques jours. Adrienne le touche et, au moment même où Werner quitte la pièce, tout s’épanche soudainement avec du sang et du pus; c’est totalement guéri sur-le-champ. Werner est surpris; il ne savait pas qu’il suffisait à Adrienne de toucher des endroits malades pour les guérir. Instantanément (396).

 

*************************************

Ci finit ce Dictionnaire amoureux

*************************************

 

 


Hôtellerie
Vous souhaitez faire une pause spirituelle ?

Hôtellerie de l'Abbaye

Spiritualité
Découvrez les richesses de la foi avec d'autres croyants.

Spiritualité

Paroisse
Célébrez les mystères de la foi avec d'autres croyants.

Wisques - Paroisse


LiensMentions légales | création site web arsitéo