51. A.v.Speyr, Avent. Dimanches 1-4

 

51

Adrienne von Speyr et Hans Urs von Balthasar

Matériaux pour les homélies. Avent. Dimanches 1-4

 

1er dimanche de l’Avent A (Is 2,1-5; Rm 13,11-14; Mt 24,37-44)

1 - Celui qui attend le Seigneur est sûr de sa présence. Lui préparer son cœur, c’est déjà le posséder (Lumina 74).

2 – Si quelqu’un est orienté vers Dieu, son prochain en sera enrichi d’emblée et conforté dans sa marche vers Dieu. Le don de soi aux autres est donc toujours d’abord un don de soi à Dieu (Die Schöpfung 23).

4e dimanche de l’Avent A (Is 7,10-16; Rm 1,1-7; Mt 1,18-24)

1 – La Mère sait comment accueillir les mystères de Dieu. Ce n’est que dans la distance d’un profond respect, de l’adoration, de la révérence aimante et en leur offrant un abri qu’il est possible de voir les choses de Dieu. On ne peut pas, comme quelqu’un fait de l’histoire ou de la science, se les approprier sans préparation. L’air des mystères célestes leur est tellement inhérent qu’ils ne sont perceptibles que dans une atmosphère de prière et de contemplation. Or la Mère, par son silence et sa méditation, crée cette atmosphère qui seule nous permet de recevoir avec fruit les mystères du Seigneur…

C’est pourquoi les chrétiens ne trouvent le véritable accès au monde intérieur du Fils que dans ce silence effacé du cœur de Marie. Les prières mariales : neuvaines, litanies, rosaire, sont précisément des prières qui appellent et créent le calme, la distance et le temps. Toutes, elles exercent à la contemplation de la Mère qui conduit à celle du Fils (La Servante du Seigneur, édition de 1989, 93-94).

2 – En face de Dieu, elle oublie toute prudence parce que l’immensité des plans divins s’ouvrent devant ses yeux. Non seulement elle veut ce que Dieu veut, mais elle lui confie encore son oui pour qu’il en dispose, le façonne et le transforme. En disant oui, elle n’a aucun souhait, aucune préférence, aucun désir dont il faudrait tenir compte. Elle ne passe pas de contrat avec Dieu; elle souhaite seulement être acceptée dans la grâce, comme elle a été désirée dans la grâce. Dieu seul doit administrer son oui.

Si c’est Dieu qui se penche vers elle, sa réponse ne peut être qu’abandon dans une obéissance aveugle. Elle ignore tout calcul, toute garantie, ne manifeste pas la moindre réserve; elle ne sait qu’une chose : son rôle est celui de la servante qui, humblement, prend tellement la dernière place qu’elle préfère toujours ce qui lui est offert, ne cherche jamais à provoquer elle-même quoi que ce soit, ne prépare ni ne dirige la volonté et les désirs de Dieu (La Servante du Seigneur, édition de 1989, 11-12).

22/05/2018. A suivre.

Hôtellerie
Vous souhaitez faire une pause spirituelle ?

Hôtellerie de l'Abbaye

Spiritualité
Découvrez les richesses de la foi avec d'autres croyants.

Spiritualité

Paroisse
Célébrez les mystères de la foi avec d'autres croyants.

Wisques - Paroisse


LiensMentions légales | création site web arsitéo