96. A.v.Speyr, Fêtes de juin

 

96

Adrienne von Speyr et Hans Urs von Balthasar

Matériaux pour les homélies. Fêtes de juin

 

24 juin – Saint Jean-Baptiste

1 - Marc nous a introduits dans la mission du Baptiste. Il nous l’a montrée à sa source en la parole prophétique d’Isaïe, dans son accomplissement en l’activité de Jean, dans son fruit, le baptême. Et voilà qu’il dit pour conclure, froidement semble-t-il,  sans commentaire : « Après que Jean eut été livré ». Un envoyé a fait ce qu’il devait, et puis il a été livré : exposé le plus concis possible de la vie d’un saint., d’un martyr.

Puis la vie continue. Combien de fois cela ne s’est-il pas déroulé ainsi dans l’histoire chrétienne! On pense devoir sûrement obéir encore un nombre incalculable de fois, tenir bon de toutes ses forces dans l’obéissance, et que se passe-t-il? On est livré. Mais la fin d’un chrétien n’a pas d’intérêt comparée à sa mission. C’est elle qui a du poids. C’est l’obéissance qui importe, et puis peut-être sera-t-on livré. L’Église ne perd rien par là; au contraire. C’est presque comme si on l’entendait dire : au suivant, s’il vous plaît.

Cette déclaration sonne dur, elle est abrupte. Personne ne s’intéresse à la fin d’un chrétien. Il est livré, et après cela l’histoire continue. Comment est-ce possible? C’est possible uniquement parce que la mission est plus importante que la vie et parce que la mort ne signifie pas achèvement, mais prolongement, voire commencement. C’est pourquoi l’évangéliste a raison de ne pas s’étendre sur la disparition du Baptiste (Sur Mc1,14, Saint Marc. Points de méditation pour une communauté, 30-1).

29 juin – Saint Pierre et saint Paul. Messe de la veille au soir  (Ac 3,1-10; Ga 1,11-20; Jn 21,15-19)

1 – « M’aimes-tu? » Le Seigneur s’informe de l’amour à son égard et non de celui à l’égard du Père. Il s’arroge le droit de disposer de l’amour du Père comme si c’était le sien propre. Il s’attribue cet amour pour montrer que c’est le sien. Il sait que son amour pour lui, le Fils, comprend tout, aussi bien la Trinité que le monde. Il faut que l’amour de Pierre soit un amour exprimé, qu’il n’y ait aucune équivoque entre lui et le Seigneur. Sans la réciprocité totale dans l’amour, rien ne peut être édifié (Sur Jn 21,15. Jean. Naissance de l’Église II, 99-100).

2 - « Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime ». Mais le Seigneur ne permet pas à Pierre de s’attarder à cette question, ne le laisse pas s’épancher. Il ne lui laisse aucun temps. Il continue aussitôt à parler du ministère en lui donnant l’ordre : « Pais mes agneaux ». L’amour plus grand de Pierre n’a pas d’autre tâche que de paître les agneaux du Seigneur, de les protéger, d’en prendre soin, de façon qu’aucun mal ne puisse les atteindre et que surtout ils restent des agneaux du Seigneur (Sur Jn 21,15. Ibid. II, 114-115).

3 – « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu? » Le Seigneur pose encore une fois la même question relative à l’amour de Pierre, mais de manière plus brève et nette. Il apparaît nettement que la question va s’appuyer sur le triple reniement de Pierre qui, par son triple oui, doit réparer plus que largement son triple non. Mais Pierre lui-même ne peut rien réparer, c’est uniquement le Seigneur qui peut le faire en lui (Sur Jn 21,16. Ibid. II,118).

4 – Pierre a renié trois fois le Seigneur, et le Seigneur ne se contente pas de passer autre par son amour rédempteur. Il lui montre tout de même que son amour connaît la justice. « Pierre fut peiné de ce qu’il lui eût dit pour la troisième fois : M’aimes-tu? » Pierre discerne clairement le rapport entre son reniement et la triple interrogation. Il la ressent comme une accusation, comme une insistance du Seigneur sur un point qu’on pourrait considérer comme réglé. Il pense qu’une réponse unique aurait pu suffire (Sur Jn 21,17. Ibid. II,133-135).

29 juin – Saint Pierre et saint Paul. Messe du jour (Ac 12,1--11; 2 Tm 4,6-8.17-18; Mt 16,13-19)

1 - Dans l’événement mystique de sa conversion, Paul reçoit la quintessence de la doctrine. Quelques expériences suivront encore. Mais déjà ce que lui enseigne Ananie n’est plus mystique. Tout ce que Paul reçoit dans l’expérience mystique doit aussitôt rechercher le contact avec ce que la révélation chrétienne générale veut réaliser ou montrer par lui. Le troisième ciel lui montre certainement des choses destinées à lui uniquement de sort qu’il ne lui est pas permis d’en parler, mais ce sont cependant des assurances concernant sa mission. Parfois le mystère qu’il a à annoncer est fondé plus profondément… Paul reçoit parfois comme un appel téléphonique du ciel qui lui donne des indications complémentaires (Nachlassbände - désormais NB - 5,34).

2 – Peu importe que je fasse ce que je veux ou ce que je ne veux pas, du moment que je fais ce que je dois. Au sens ignatien, les deux obéissances sont également obéissance, également bonnes, également parfaites. C’est au fond une obéissance originairement ecclésiale comme celle de Pierre qui va où il ne veut pas (Jn 21,18) quand on le conduit pour le crucifier. Même s’il va maintenant où il ne veut pas, il va cependant sans aucun doute là où il veut puisqu’il a dit au Seigneur qu’il l’aime (NB 11,192).

3 – Lorsque Paul est jeté à terre à Damas, il s’agit d’un événement mystique dont les conséquences sont imprévisibles; c’est une mystique suprême car non seulement il rencontre directement le Seigneur, mais au-delà de sa propre volonté, la volonté de Dieu s’empare de la sienne et la détermine pour tout l’avenir; parce que tout ce Paul sera et fera par la suite part de cet événement. Mais ce fut en même temps le simple commencement de sa vie de foi, car la foi vivante est l’obéissance à la vérité et à la volonté de Dieu (Sur 1 Co 5,7, Première épître de saint Paul aux Corinthiens I,137).

22/09/2018. A Suivre.

Hôtellerie
Vous souhaitez faire une pause spirituelle ?

Hôtellerie de l'Abbaye

Spiritualité
Découvrez les richesses de la foi avec d'autres croyants.

Spiritualité

Paroisse
Célébrez les mystères de la foi avec d'autres croyants.

Wisques - Paroisse


LiensMentions légales | création site web arsitéo