Abbaye

11. La mission de saint Paul

 

11

La mission de saint Paul

 

(Le texte ci-dessous était destiné à servir d’introduction à quelques extraits du commentaire d’Adrienne von Speyr sur l’Épître aux Éphésiens. Le texte d’Adrienne a bien été publié dans la revue Communio X,1 [janvier-février 1985], p. 114-121, mais avec une autre présentation. N’est retenu ici que ce qui est inédit).


Au début de 1984, trois livres se trouvaient à notre disposition en France pour nous faire connaître avec quelque détail les apparitions de la Vierge Marie à Medjugorje, en Yougoslavie1.  L’Eglise manifeste bien sûr sa réserve habituelle en ce qui concerne l’authenticité de ces apparitions. L’une des voyantes, lors de sa première conversation avec le curé de la paroisse, le Père Jozo (qui passa par la suite un an et demi en prison), s’en étonnait d’ailleurs: « Les seuls qui ne nous croient pas sont les prêtres et la police ». On comprend la réflexion désappointée de la fille. Quant à la police, l’étonnant aurait été qu’elle y eût cru (à moins de conversion, ce qui ne doit pas s’exclure a priori); pour les prêtres, au tout début des événements, il était de la plus élémentaire prudence d’examiner si les événements venaient vraiment de Dieu, donc de contester, de contredire, d’être incrédule ou de jouer l’incrédule. Tout Lourdes doit avoir son Peyramale.

A l’époque des premières apparitions, en juin 1981, les six voyants avaient entre dix et dix-sept ans, sauf le plus jeune des garçons: dix ans. Les apparitions quotidiennes de la Vierge continuaient au début de 1984, leur total approchant le millier. Cette simple (et énorme) avalanche d’apparitions, ainsi que la familiarité de la Vierge avec les voyants, pose problème à l’observateur. L’insolite ne l’autorise pas pour autant à récuser l’authenticité des apparitions, tant de signes plaidant au contraire en leur faveur.

Ce déploiement du ciel presque à l’infini fait penser à l’expérience et à la vie d’Adrienne von Speyr. A elle aussi, le monde d’en haut s’est révélé avec une fréquence et une familiarité que les prudents ont jugées peut-être un temps excessives. Pour Adrienne von Speyr aussi, un tout petit coin du voile s’est levé, le ciel s’est ouvert à elle avec une surabondance étonnante. A Medjugorje, la Vierge fait désormais partie de la vie de tous les jours; Adrienne von Speyr s’est trouvée, elle aussi, d’innombrables fois comme de plain-pied avec le monde d’en haut. Il semble qu’il faille la considérer comme l’une des plus grandes voyantes de l’histoire, mais ce fut une voyante cachée. Ceux qui la fréquentaient n’ont eu connaissance qu’après sa mort des rencontres mystiques dont son existence quotidienne était pleine2.

Une communion existe entre les voyants de tous les âges, des prophètes de l’Ancien Testament à ceux du Nouveau, de Pierre à Jeanne d’Arc, de Paul à Bernadette, du voyant de l’Apocalypse à ceux du XXe siècle, même si l’on doit reconnaître à l’expérience du temps de la Révélation une valeur normative pour la foi. En toute conversation, le psychologue est attentif à ce qui n’est pas exprimé; sa formation l’a sensibilisé au non-dit et il est capable, dans une certaine mesure, de l’articuler. Dans la Parole de Dieu de l’Ancien ou du Nouveau Testament, le mystique est attentif à l’au-delà des mots et il est capable, dans une certaine mesure, d’articuler le non-dit. Il sait, mieux que le chrétien moyen, qu’en toute Parole de Dieu il y a de l’infini. Le récit d’une apparition du Christ ressuscité aura vraisemblablement pour un voyant une autre résonance que pour le chrétien ordinaire, bien que celui-ci soit capable d’en comprendre quelque chose et que le Seigneur puisse lui faire reconnaître aussi sa présence, de même que tout homme a certaines notions de psychologie même s’il n’a pas reçu de formation spécifique.

Pour Adrienne von Speyr, à son charisme de voyante s’est ajouté celui d’enseignement, dont témoignent les quelque soixante volumes de ses œuvres3. Elle est capable de réfléchir sur ce qui lui est arrivé, de situer son expérience dans la trame de l’histoire. Elle a traduit dans le langage sobrement objectif d’une théologie méditative les plus hautes expériences que Dieu lui a donné de faire. C’est une théologie de voyante, élaborée par quelqu’un à qui furent données un jour des vues « directes » sur le monde de l’au-delà. Les pages du commentaire d’Adrienne von Speyr sur l’Épître aux Éphésiens de saint Paul, consacrées à la place de l’apôtre dans l’œuvre du salut, projettent une certaine lumière sur la situation et le cheminement de tous les voyants4. C’est pourquoi il n’est peut-être pas inutile de les lire en marge des apparitions de la Vierge.

A titre d’indication, voici quelques points de contact entre ce texte et les événements de Medjugorje: Ep 3,1: L’horizon de la prison et la mission confiée par le Seigneur. Ep 3,2: Toute grâce de révélation est donnée pour les autres; l’effacement de l’intermédiaire. Ep 3,3: Ce que Paul exprime de ses révélations ne peut en être qu’une esquisse. Ep 3,4: Dans l’Eglise, les hommes ont besoin d’appuis pour tenir bon; l’un de ces appuis, ce sont les révélations. Ep 3,5: L’unique vérité du Seigneur est diffusée dans le miroir de multiples révélations.

Patrick Catry

 

* * * * * * * * * * * * *

Hôtellerie
Vous souhaitez faire une pause spirituelle ?

Hôtellerie de l'Abbaye

Spiritualité
Découvrez les richesses de la foi avec d'autres croyants.

Spiritualité

Paroisse
Célébrez les mystères de la foi avec d'autres croyants.

Wisques - Paroisse


LiensMentions légales | création site web arsitéo